Recueils

VIENT DE PARAÎTRE

 

L’Origine du monde de Gustave Courbet lève le voile sur ce qui était resté caché et muet jusqu’alors. Par cette œuvre audacieuse et radicale, le peintre dégage le corps d’un ordre biologique, social et culturel écrasant. Il consacre le sexe féminin en pleine lumière, celle née des longs voyages et des courses du désir. 
Une œuvre si palpable qu’elle dit à la fois la vérité du corps et de l’œuvre peinte. Mais comment rentrer dans cet espace, si ce n’est en suivant les reliefs, les creux et les variations de lumière du tableau ?  Si ce n’est en se laissant envahir par le souffle haletant de l’œuvre et accepter de ne pouvoir jamais l’appréhender que par fragments ?
Se trouver seule face à L’Origine du monde, c’est l’expérience que Christine Durif-Bruckert éprouve et relate ici dans une langue qui se heurte à l’indicible; cherchant à saisir, entre voie poétique et démarche phénoménologique, le va et vient inexorable d’une question sans réponse. Celle que nous pose l’intimité nouée au désir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici,

les photographies, se donnent toutes entières, embrasent la totalité des poèmes, se glissent entre eux, les débordent, disparaissent, un court instant, pour mieux se laisser ressaisir dans les reflets des mots.
Alliances poétiques qui ne cessent de se renouveler avec force.

Au lecteur de créer ses propres associations, de se laisser entraîner dans un mouvement de rapprochements ou d’éloignements entre images et textes. Les mains s’ouvrent large, en des notes sensorielles fluides, intenses, se res- sourcent en poésie dans la profondeur lumineuse et contrastée des noirs et blancs.

Le long de leurs plis, dans les creux de leurs paumes, la vie se désaltère, boit goulûment les regrets et les désirs, mais encore les profonds secrets qui veillent sur nos âmes jusqu’au retour dernier.
Elles étreignent les chagrins, entrelacent les fils, s’enfouissent dans la terre chaude, se la
̂chent, s’ouvrent, et courent sur les claviers des souvenirs, de l’amour, de l’effort

et des au-delà.


 

TRANSES sort en juin 2021 aux Editions Garnier

CHRISTINE DURIF-BRUCKERT

 

TABLE DES MATIÈRES

Christine Durif-Bruckert

INTRODUCTION
Transes traditionnelles, transes profanes

Première partie
LES VOIES DU TERRAIN ETHNOGRAPHIQUE

Jean-Yves Loude
Chamane.
Transes himalayennes

François Laplantine
Être soi-même et un autre.
Possession transe théâtre

Nancy Midol
Dis-moi quel Orixà te chevauche, je te dirai !

Fitouri Belhiba
Et vogue l’esprit

Christine Durif-Bruckert
Filmer l’invisible.
À propos du film Kongo

Deuxième partie :
 TRANSE INSPIRATRICE

Marilyne BeRtoncini
Re Cervo.
Évocation de Parmigianino.

Daniel Régnier-roux
Transe et fureur d’un poète gyrovague.
Alberto Rodrigues Machado da Rosa (1947-2017)

Patrick Dubost
Poésie & transe (en sept lucioles).

Chantal Ravel
Réflexions sur Feuilles d’herbe de Walt Whitman

Carole Carcillo Mesrobian
Henri Michaux, « pour un décollement dans les étincelles ». Une poétique de la transe

Troisième Partie
DE L’ENTHOUSIASME À LA SUBVERSION

Jean-Yves Loude
Rock & transes

Eugène Durif
Dans le réduit du corps.
La danse de Lucia J

Laurent Vignat
Corps-poème.
Une entrée dans l’œuvre-vie d’Antonin Artaud

Stéphanie Lemonnier
Le théatre contemporain, transe et rituel
ou comment fabriquer du commun

Quatrième partie
LE VENT DANS LA CONSCIENCE

Cédric Laplace
Les arcanes respiratoires du monde.
Une approche de la «schizo-transe»

Christine Durif-Bruckert
Une profonde inspiration

Pour commander l’ouvrage

Publication en mars 2020 du Courage des vivants coordonné par Christine Durif-Bruckert et Alain Croizier chez Jacques Anddré Edteur

 

« LES SILENCIEUSES »

 

 

Christine Durif-Bruckert

Jacques André Éditeur – 2019

 

 

 

 

http://www.jacques-andre-editeur.eu/web/ouvrage/417/+Les+Silencieuses.html

le commencement de l’oubli

C’est comme dans un conte. Laissée à elle-même, Suzanne avait grandi dans un monde indifférent et isolé, à l’orée d’une forêt. Arrachée à cet univers qu’elle était parvenue à s’approprier, elle se retrouve chez sa grand-mère, après un passage malheureux en pensionnat. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive, car on ne lui dit rien. Au fil des années, elle hante la pénombre et le silence austère des petites pièces d’un appartement-prison, devenant l’otage de songes qui ne font aucun bruit mais qui envahissent sans retenue son esprit et son corps. Elle ne doit sa survie qu’à son imagination et à la fabrication obstinée de repères anodins, un jeu de petits chevaux… Entre jeux et rêves, elle fait feu de tout bois. Recluse, elle imagine pourtant l’horizon, même si elle ne le voit pas. Elle finira par s’enfuir. Le récit à double voix, Suzanne R. et l’enfant qui veut comprendre au-delà du silence, est celui d’une existence contrainte et irréelle dans l’obscurité froide et brumeuse d’un huis clos dont s’échapperont quelques irréductibles et poétiques lambeaux de clarté.


« LE CORPS DES PIERRES »

 

 

Poèmes de Christine Durif-Bruckert, et photographies de Pascal Durif

Editions Le petit véhicule, 2018

 

Dans la suite d’Arbre au vent, nous avons composé Le corps des pierres  sur des  paysages d’eau, de terre et  de pierre de différentes régions :  L’Ardèche, Les bouches du Rhône, l’Aveyron, la Haute Loire, la Drôme.

Ces deux ouvrages indissociables et complémentaires traduisent avec une même sensibilité les résonances entre la nature et l’humain.

La nature retentit « d’échos ontologiques » écrit Bachelard dans « l’Eau et les rêves ». Ses voix sont le miroir de nos propres voix, de nos peurs et de nos entêtements. Elle écrit le primitif, l’éternel et le sacré en un texte toujours inachevé

Si vous souhaitez commander cet ouvrage

https://lepetitvehicule.com/le-corps-des-pierres-de-christine-durif-bruckert-poemes-pascal-durif-photographies/

 

 

PARUS EN 2018

 

« LANGUES »

 

Jacques André Editeur, Collection « Eclipses »

Mars 2018

de Christine Durif-Bruckert. Couverture de Jean Imhoff, illustrations de Sim Poumet, Raoul Bruckert, Jean Imhoff.

 

La langue du corps est chaude lorsqu’elle se met en chair. Chair pourtant inadmissible tant elle est admise comme cause du corps.
Alors que la mélodie des courbes évoque des chants maternels, creuse des foyers d’émotions jusqu’aux élans de la chute, la substance de l’intimité se faufile entre plis et fentes, finit par avouer son irrémédiable intériorité là où quelque chose de vif nous éprouve à la source nocturne de toute origine. La révolte de l’intimité dans le vacarme d’amours fougueuses fait face à l’aurore déjà épuisée. Oui, la langue brûle lorsqu’elle se pose ainsi sur le bord du corps, le pénètre, le traverse, le déchiffre comme la matière du monde, comme notre engagement dans les mots, par eux, comme un flux inaltérable. Comme une voie pour renouveler toute une gamme d’images depuis ces rêves impossibles qui prennent à parti l’organique.

Le corps ainsi animé, à jamais retenu dans des devenirs incertains, mais aussi bercé dans ses derniers refuges devient la source même du poème. Un instant du poème. Instant rugueux, exigeant, rattrapé par l’archaïque, scellé dans les contraintes de l’originel. Instant éternel.

[en savoir plus]


 

« L’Arbre au vent » de Christine Durif-Bruckert & photographie de Pascal Durif

Edité par les Editions du Petit Véhicule

Site des Editions du Petit Véhicule

 

 

 

 

 

 

Ravins érotiques de Michel Moskovchenko

Christine Durif-Bruckert , Plis et plissures organiques, in M. Moskotchenko, Ravins érotiques, Lyon, URDLA, Centre International Estampe et Livre, 2001

25 gravures, textes de Jean-Paul Clébert, Robert Droguet, Christine Durif-Bruckert, Colette Fizanne, Amadou Hampate Ba, Jean-Jacques Lerrant, Thim et Gabriela Meier-Faust, Catherine de Saint Phalle, Myriam Szejer
17 x 13 cm
30 ex. / cannabis

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

REVUES

 




Durif-Bruckert C, 2016, Scènes digestives, Souffles, Nourritures et Gourmandise, Les écrivains Méditerranéens, 254-255, 277-281


Durif-Bruckert, C . La chute ...ça presse...51,Décembre 2011, p 35




Durif-Bruckert, C . Regard troublant, Quelques impressions sur «l’origine du monde » de Gustave Courbet Urdla ...ça presse...49, juin 2011, p 9

Christine Durif-Bruckert , Plis et plissures organiques, in M. Moskotchenko, Ravins érotiques, Lyon, URDLA, Centre International Estampe et Livre, 2001

25 gravures, textes de Jean-Paul Clébert, Robert Droguet, Christine Durif-Bruckert, Colette Fizanne, Amadou Hampate Ba, Jean-Jacques Lerrant, Thim et Gabriela Meier-Faust, Catherine de Saint Phalle, Myriam Szejer
17 x 13 cm
30 ex. / cannabis